Biographie

Lorsqu'on n'a pas la chance de rencontrer un maître vivant, possesseur du secret et de la sagesse, il faut au moins que les textes publiés soient l'œuvre d'un adepte. Pour ce qui concerne Le Mystère des Cathédrales et Les Demeures Philosophales, apparus dès le début de ce siècle, c'est le préfacier qui les a attribués à un adepte sans que ce dernier l'ait reconnu lui-même. Or, l'apprenti alchimiste qui a lu les quelques textes des siècles précédents traduits du latin ou d'une autre langue n'est pas sans savoir que leurs auteurs, sous le couvert de l'anonymat, ont toujours laissé entendre au lecteur, expressément ou symboliquement, qu'ils avaient réussi — sans oublier de rendre à Dieu l'hommage qui lui est dû, afin que ce dernier puisse se fier à ce qui est écrit. Dans ce domaine, il n'est guère possible de mentir ; l'enjeu métaphysique est trop important car il y va du Salut.

Prenons quelques exemples.

Au XIVe siècle , Nicolas Flamel, dans Le Livre des Figures Hiéroglyphiques écrit : « Donc la première fois que je fis la Projection [...] Ce fut le 17 janvier, un lundi environ midi en ma maison, en présence de Perrenelle seule, l'an de la restitution de l'humain lignage mil trois cent quatre vingt deux. » et encore : « Loué soit Dieu éternellement, qui nous a fait voir cette belle et toute parfaite couleur de pourpre, [...] cette couleur tyriene étincelante et flamboyante, qui est incapable de changement et d'altération.»

Au XVe siècle est placée la naissance de Basile Valentin, dont les manuscrits apparaissent au XVIe. Dans De la Grande Pierre des Anciens Sages, il dit au lecteur : « Ne dédaigne pas, ni ne méprise, ô mon ami, les livres véridiques de ceux qui eurent la Pierre avant nous, car, après la révélation de Dieu, c'est d'eux que je la détiens.»

Au XVIe siècle, Le Traité de la Pierre Philosophale de Lambsprinck, où, dans l'avant-propos, on lit : « Je m'appelle Lambspring [...] J'ai compris clairement la Sagesse et je suis parvenu par l'Art jusqu'à son fondement, car Dieu m'a dispensé sa Grâce et m'a donné le savoir avec l'entendement. »

Au XVIIe siècle, Philalèthe, dans L'entrée ouverte au palais fermé du roi : « Ayant pénétré, moi, Philalèthe, philosophe anonyme, les arcanes de la médecine [...] j'ai décidé de rédiger ce petit traité, l'an 1645 de la Rédemption du monde et le trente-troisième de mon âge, afin d'acquitter ce que je dois aux fils de l'Art, etc. »

Au XVIIIe siècle, Solidonius, dans Figures secrètes des Égyptiens : En début d'ouvrage, Solidonius est qualifié de « Maître des éléments », puis en fin de traité, il écrit : « J'ai reconnu par expérience qu'il faut préparer le métal sur lequel vous ferez projection qui ouvre ledit métal et le rende capable de recevoir la semence de cette poudre pour lui faire naître en nouveau soleil. »

Dans mon Fulcanelli Dévoilé (Éditions Dervy), j'ai dit mon sentiment au vue de pièces obtenues à force de patience. J'avais à cœur d'atteindre une vérité qui ne se satisfasse pas de leurres : les leurres, c'est bien connu, sont notre lot quotidien et on les reconnaît à ce qu'ils ne mènent guère loin. Il est écrit : « La vérité vous sauvera. » En l'occurrence, la vérité alchimique apparaît, dépouillée de tout son folklore. Foin d'immortalité physique, de mondes parallèles, de richesse. L'approche de la connaissance hermétique demande de se libérer de croyances ayant pour but de coaguler notre petite personne au lieu d'en envisager la dissolution. Se fixer d'atteindre la longévité physique ou la richesse matérielle par le Grand Œuvre dénote une incompréhension majeure car il s'agit comme dans tout processus initiatique, d'une mort à la vie mondaine par la connaissance pratique du principe qui nous anime.

Ces documents, donc, me sont toujours arrivés providentiellement parce que je les cherchais comme on entreprend une quête magique et à ce titre, tout sur ce chemin faisait sens : synchronicité, rêves prémonitoires, injonctions de l'invisible...

Pour l'alchimie, la question d'une filiation est essentielle, car malgré ce que prétendent les alchimistes contemporains, on ne tient pas de soi, on tient d'un autre qui lui-même le tient d'un autre et ainsi sans fin à l'infini : il n'y a pas de génération spontanée. Ce qui fait qu'il s'agit de quelque chose qui est sorti du temps et de son usure caractéristique et donc tout autant ancienne que futuriste. Dans cette filiation, chaque maillon est forcément marqué par son époque, mais c'est la part de nous amenée à mourir.

C'est en cherchant Fulcanelli que j'ai trouvé Pierre Dujols de Valois, et en m'intéressant à ce dernier, j'ai été conduite tout droit à Henri Coton-Alvart.

Pierre Dujols s'est distingué en publiant en 1914 une introduction au Mutus Liber sous le pseudonyme de Magophon. En lisant ce superbe texte, on remarque que les exemples choisis se retrouvent tous dans les ouvrages attribués à Fulcanelli... La technique très particulière de cabale phonétique basée sur l'étymologie grecque qui donne des informations sur la pratique du Grand Œuvre est identique.
Le nostoc, par exemple, dont parle Fulcanelli en 1926 à propos de la rosée céleste, tandis que Dujols développe le flos cœli et le nostoc.
Autre exemple peu banal, l'appellation « frères de la rosée cuite » à propos des Rose-Croix selon le témoignage de Thomas Corneille qui est aussi utilisée dans les ouvrages de Fulcanelli.

Cela confirme ce que disait Henri Coton, qui avait eu pour maître Pierre Dujols, que les notes de ce maître en hermétisme avaient été utilisées par Champagne à la mort de ce dernier et mises en forme pour constituer les « Fulcanelli ». Pierre Dujols avait donné à lire ses notes à Henri Coton et c'est ce qui avait permis à ce dernier, en 1926, à la parution du Mystère des Cathédrales, de se faire une opinion.
Pierre Dujols fut le dernier descendant des Valois. Il naquit en 1862 à St-Illide dans le Cantal. Sa famille s'étant installée à Marseille, puis à Aix-en Provence, il fit dans cette ville de solides études classiques chez les Jésuites. Il devint journaliste à Marseille puis à Toulouse. Il s'installa ensuite à Paris, où il ouvrit une librairie à l'enseigne de « La Librairie du Merveilleux ».
Effectivement, Madame Dujols avait des dons peu communs ; notamment elle faisait des rêves prémonitoires. Elle était native d'Hennebont en Bretagne, où la famille allait passer des vacances. Ceci n'est pas sans rappeler la fameuse bague que Fulcanelli aurait reçue de la commanderie templière de ce même lieu. D'ailleurs, Pierre Dujols s'intéressait beaucoup à la Chevalerie et aux Templiers. Sur sa tombe, dans la région parisienne, figure une croix pattée. Il décéda en 1926.

Henri Coton-Alvart était fort jeune lorsqu'il rencontra Pierre Dujols. Né en 1894, il avait 20 ans lorsqu'il commença à fréquenter les groupes d'hermétistes, mais il s'intéressait déjà au Grand Œuvre. Il commença à travailler comme peintre en héraldique. Il avait le tempérament artistique de son père, qui était sculpteur.
Il avait inventé un procédé pour récupérer l'argent des plaques photographiques et pendant un certain temps, il gagna ainsi sa vie.
Par la suite, il fut engagé comme chimiste dans une société qui fabriquait des explosifs. Il s'y distingua tellement, en faisant profiter la maison qui l'employait des nombreux brevets qu'il avait inventés, qu'il fut nommé ingénieur-maison et finit par participer au conseil d'administration de cette grosse société. Lorsqu'à sa retraite, il se retira dans les Charentes, à Taillebourg, il se rendait encore chaque année à Paris pour présider à la réunion de ce conseil d'administration. Pendant toutes les années qu'il passa à Paris, il avait fait partie de divers groupements, comme les Veilleurs, fondés par Schwaller, la Société Théosophique où il avait rencontré ce dernier, et Atlantis, enfin, où il donna quelques articles de premier ordre sur l'alchimie à la revue. Paul Le Cour ne s'y était pas trompé en écrivant un article élogieux sur lui.
À Nice, il était l'invité d'honneur de la comtesse Prozor, fervente anthroposophe, qui recevait l'été, dans sa propriété de Cimiez, le gratin parisien de l'ésotérisme et de l'hermétisme. Puis en 1922, à l'âge de 28 ans, il abandonna le dernier groupe auquel il était attaché, les Veilleurs, ne suivant pas ses membres et leur président, René Schwaller, en Suisse, où ils allaient créer un centre de recherches autour des arts et de l'alchimie : Suhalia...
Il poursuivait ses travaux alchimiques, notamment dans un laboratoire qu'il possédait à côté de St-Paul-de-Vence, où résidaient ses amis Elmiro et Rose Celli. Il était alors marié à Claire Lafitte, dont la famille, très aisée, était dans la finance. Un fils leur naquit : Hugues, sculpteur, peintre et praticien en médecine chinoise.
Puis ce fut la rupture définitive avec tout le milieu ésotérique de l'époque : Dujols était décédé en 1926, Milosz, l'homme qu'il admirait profondément, avait eu une expérience mystique qui lui aussi l'avait éloigné.
En 1960, Henri Coton transfèra son laboratoire à Taillebourg, dans la petite maison près de la rivière où il prit sa retraite, et là, totalement retiré du monde, sans TSF, télévision, journaux, recevant simplement un médecin aveugle de Lyon qui fut président d'Atlantis, le Dr Hollier, son ami intime le Dr Emerit, et son disciple Henri La Croix Haute. (Hollier a d'ailleurs écrit un ouvrage consacré aux travaux d'Henri Coton : Le Tohu Bohu.) Il échangeait aussi une correspondance avec le docteur Gifreda de Barcelone qu'il guida également.
Dans cet ermitage, au milieu d'une population qui protégeait sa solitude, il étudiait et méditait sans relâche. Il avait appris le sanscrit et l'hébreu pour vérifier les textes qu'il avait découverts et recopiés en bibliothèque. Ses recherches en alchimie l'amenèrent à s'intéresser à la gravitation, à la lumière, et aux grands problèmes métaphysiques. Il accéda à l'Adeptat dans les années 1970. Dès lors, il poursuivit sa vie avec sagesse, éveillé tel un véritable Rose-Croix, laissant derrière lui, à sa mort en 1988, des écrits que nous eûmes, pour une infime partie seulement, la licence de publier sous le titre Les Deux Lumières. Lui-même n'avait jamais chercher à faire éditer ses travaux, ce qui explique qu'il n'a pas ordonné ses écrits dans ce sens ni pensé à les présenter à la postérité.

Enfin, pour conclure, voici ce que cet être exceptionnel écrivait sur le Grand-Œuvre alchimique : « Le monde créé contient en lui un principe hostile qui a provoqué l'événement qualifié de chute. Ce monde montre en toutes ses parties un dramatique mélange de vie et de mort, de sagesse et d'absurdité. La notion centrale de l'hermétisme est l'intervention efficace, curative et prépondérante de l'unité manifestée pour surmonter le facteur pathogène du monde. Mystiquement, c'est le Christ (Louis Cattiaux, dans son admirable Le Message retrouvé, ne dit pas autre chose, lui qui réalisa le Grand-Œuvre sans faire de bruit) ; physiquement, c'est la pierre philosophale. Elle existe partout présente, car sans une étincelle de cet agent, il n'y aurait ni vie ni permanence. La pierre philosophale n'est ni une création ni une fabrication de l'alchimiste. Tout ce que celui-ci peut faire est de la prendre là où elle est, la rassembler, la séparer de sa gangue, la purifier, la placer dans son vaisseau et suivant le cas l'administrer à qui en bénéficiera ou la renvoyer dans sa pureté de lumière au monde céleste d'où elle est venue. »